IVS

ANO1 - International VLBI (Very Long Baseline Interferometry) Service for geodesy and astrometry

Responsable OASU: Patrick Charlot (LAB) .

http://ivslive.obs.u-bordeaux1.fr

 

Logo IVS

La technique d’observation VLBI (Very Long Baseline Interferometry) consiste à observer une même source céleste simultanément avec des radiotélescopes situés sur des continents différents. Elle implique donc par essence des coopérations internationales.  Créé en 1999, le Service VLBI International pour la géodésie et l’astrométrie (IVS) fédère la communauté VLBI internationale dans les domaines de la géodésie et de l’astrométrie.

 

Le service VLBI international IVS est chargé de mettre en œuvre des programmes d’observation VLBI réguliers pour établir les systèmes de référence terrestre et céleste, les maintenir et suivre la rotation de la Terre le plus continûment possible. Les données acquises par l’IVS sont publiquement disponibles pour la communauté scientifique.

 

En savoir plus...

JUICE

 ANO2 - JUICE/SWI (JUpiter ICy moons Explorer – Submillimeter Wave Instrument)

 

Responsable OASU: Françoise Billebaud (LAB) ; OSU pilote : Observatoire de Paris (LESIA)

 

La mission JUICE - © ESAJUICE est la première mission de classe L du programme « Cosmic Vision 2015-2025 » sélectionnée par l’ESA. Cette ambitieuse mission, dont le lancement est prévu en 2022 et l’arrivée en 2030, va passer au moins 3 ans et demi à étudier le système de Jupiter en réalisant en particulier des observations de l’atmosphère de Jupiter et des atmosphères et surfaces des satellites galiléens : Io, Europe, Ganymède et Callisto. Les instruments qui voleront sur cette mission ont été sélectionnés en février 2013. Parmi ceux-ci se trouve l’instrument SWI (Submillimetre Wave Instrument), de maîtrise d’œuvre allemande (MPS, Göttingen) avec participation française (LERMA, Observatoire de Paris). Cet instrument est particulièrement bien adapté à l’étude de l’atmosphère de Jupiter ainsi que des atmosphères ténues des satellites glacés.

En savoir plus...

SKA

ANO2 - SKA - Square Kilometre Array

Responsable OASU : Patrick Charlot (LAB) ; OSU pilote : Observatoire de Paris

 

skaLe Square Kilometre Array (SKA) est le projet d’un futur télescope géant radio qui devrait être opérationnel vers 2022. Sa construction commencera en 2017 sur deux sites, l’un en Afrique du Sud, l’autre en Australie. Il sera le plus grand télescope au monde, avec une surface collectrice effective de 1 km2. SKA va opérer aux fréquences radio entre 0.05 GHz et 24 GHz.

 

 

 

 

En savoir plus...

ALMA

ANO3 - Atacama Large Millimeter Array

Responsable OASU: Stéphane Guilloteau (LAB)

 

 

logo almaALMA est un interféromètre radio qui va permettre d'étudier avec une extrême sensibilité l'univers froid inaccessible aux grands instruments tels que le VLT ou le HST. ALMA comprend 50 antennes de 12 m, ainsi qu’un réseau compact de 12 antennes de 7 m et 4 antennes de 12 m, pour explorer du sol les 'fenêtres' atmosphériques millimétriques et submillimétriques dans la gamme allant de 30 GHz (1 cm) à 1 THz environ (300 μm). Il est installé sur le Plateau de Chajnantor au Chili.

 

 

 

 

En savoir plus...

GAIA

ANO1 ET ANO4 GAIA

Responsable OASU: Caroline Soubiran (LAB) ; OSU pilote : OCA

 

Gaia est la sixième pierre angulaire du programme scientifique de l'Agence Spatiale Européenne, lancée en décembre 2013. L’objectif de cette mission est de cartographier tout le ciel en astrométrie jusqu'à la magnitude 20 avec une précision inégalée. Tous les objets sont aussi observés en photométrie ainsi qu'en spectroscopie pour les plus brillants. Le catalogue final comprendra les distances, mouvements et caractéristiques physiques d'un milliard d'étoiles, un ensemble fondamental pour étudier notre Galaxie. Il comprendra aussi 500 000 quasars dont une partie servira à définir le repère de référence sous-jacent au catalogue. Gaia devrait découvrir et inventorier des dizaines de milliers d'objets inconnus à ce jour : étoiles naines brunes et blanches, supernovae, planètes naines et astéroïdes du système solaire et exoplanètes. Le premier catalogue intermédiaire de Gaia est attendu pour l’été 2016.

 

En savoir plus...

KIDA

ANO5 - KIDA - Kinetic Database for Astrochemistry

Responsable OASU: Valentine Wakelam (LAB) ; OSU pilote : OASU

 

KIDA, pour KInetic Database for Astrochemistry (astrochimie au sens large) est une base de données conçue pour regrouper toutes les réactions chimiques qui ont un intérêt pour le milieu interstellaire et les atmosphères planétaires. Le problème limitant de toutes les bases actuelles est leur mise à jour, qui ne peut se faire que par l’administrateur de la base.

 

 

 

En savoir plus...

SOMLIT

Service d’Observation en Milieu Littoral

Responsable OASU: Nicolas Savoye (EPOC) ; OSU pilote : OASU (coord : Benoit Sautour (EPOC))

 

SOMLIT a pour but, via l'observation systématique et coordonnée au niveau national, d'homogénéiser l'acquisition d'un corps de paramètres (hydro-climatiques, chimiques et biologiques) communs à tous les sites, afin : 1) de permettre une étude comparée de séries à long terme sur les trois façades du littoral métropolitain (extraction des tendances, établissement de situations de normalité); 2) d’établir un cadre spatio-temporel pour les actions de recherches ayant en outre pour objectif d’expliquer la variabilité observée. 

 

 

En savoir plus...

DYNALIT

Dynamique du littoral et du trait de côte

Responsable OASU: Nadia Sénéchal (EPOC) ; OSU pilote : IUEM

 

dylitcL’ensemble des sites suivis par l’OASU (EPOC / IVS) a été intégré dans le Service d’Observation DyLiTC (Dynamique du Littoral et du Trait de Côte) labellisé en avril 2014. Ce service a pour but de constituer une base de données hydromorphologiques sur le long terme de 25 sites ateliers représentatifs des environnements littoraux français (Côtes Sableuses, Falaises et Estuaires).

 

 

 

 

En savoir plus...

SOERE

Trait de Côte

Responsable OASU: Nadia Sénéchal (EPOC)

 

Le Soere « Trait de côte » constitue un réseau d’observation, multi-sites et intégré, sur les trois façades littorales métropolitaines. Il est piloté par les universités de Caen, de Brest (IUEM) et de Montpellier (OREME), en collaboration avec des partenaires régionaux académiques et publics. L’objectif est de pérenniser les séries temporelles à long terme, d’harmoniser les stratégies d’observations entre les laboratoires, de mettre en œuvre des moyens de mesures modernes pour une observation intégrée à la fois de l’évolution de l’objet « trait de côte » et des paramètres dynamiques fondamentaux de forçage. Les données de topographie littorale, transformées en Modèles Numériques de Terrain, constituent une information de base pour l’élaboration de modélisations numériques ou même physiques afin d’engager des recherches prospectives orientées vers le devenir des systèmes littoraux.

 

En savoir plus...

SO PHOTONS AERONET

Responsable OASU: Bertand Lubac (EPOC) ; Pilote : LOA (Université de Lille – CNRS INSU)

 

Des mesures de télédétection passives sont réalisées sur le toit de la Station Marine d’Arcachon par les photomètres solaires automatiques du Service d’Observation PHOTONS, membre du réseau AERONET de la NASA. Elles informent sur les propriétés moyennes (intégration sur la colonne atmosphérique) des aérosols atmosphériques. Les particules atmosphériques affectent la qualité de l'air que nous respirons mais aussi le climat de notre planète. La diversité et la variabilité de leurs caractéristiques (propriétés physico-chimiques) ainsi que leur localisation dans l’atmosphère compliquent leur quantification, leur surveillance et l’évaluation de leurs différents impacts. La compréhension des mécanismes qui les impliquent repose, entre autres, sur leur observation dans leur environnement naturel.

L’OASU est un des partenaires du réseau AERONET/PHOTONS. Le CIMEL installé à la Station Marine d’Arcachon est un photomètre automatique de haute précision pour la mesure des propriétés optiques de l’atmosphère. Il est mis à disposition par l’équipe Aérosols du LOA. Ce photomètre est opérationnel depuis 2008. Il fournit en continu des séries temporelles d’épaisseur optique dans le visible et le proche infra-rouge. L’objectif scientifique est de paramétrer les modèles d’aérosols utilisés pour corriger les images satellites acquises sur la façade atlantique des effets d’atmosphère. EPOC est en charge de la maintenance de l’instrument et de l’analyse de la qualité des données acquises.

 

 

 

SO labellisés dans les laboratoires ou équipes du 2°cercle

Karst

Responsable OASU: Roland Lastenet (I2M-GCE) ; OSU pilote : OREME

 

L’équipe ISOE de l’UMR I2M-GCE a rejoint l’OASU par convention en 2012. C’est elle qui est responsable des activités développées dans Karst. Ce Service d’Observation vise à regrouper 9 sites d’observation actifs du karst répartis sur l’ensemble de la France et pour lesquels une grande masse de données a déjà été recueillie. Il va s’agir de tendre vers une nouvelle approche "synthétique" à l’échelle des grandes typologies karstiques, depuis la caractérisation de leur structure et de leur fonctionnement jusqu’à la modélisation hydrodynamique et hydrogéochimique des transferts au sein des différents compartiments. L’un des premiers objectif de KARST est de fiabiliser l’accès aux données en créant une base de données regroupant l’ensemble des sites ce qui garantira leur utilisation pérenne et facilitera leur transfert vers d’autres utilisation. Au-delà de la pérennisation des données, c’est toute la démarche allant de l’observation à la modélisation qui sera mise en place. Sur le long terme, ce dispositif intégrant les différents observatoires permettra de quantifier l’impact des pressions anthropiques (occupation du sol, pollutions, surexploitation, etc.) sur la ressource en eau associée à la composante karstique. La participation aux grands cycles biogéochimiques sera également une préoccupation forte de ce SO, et ce d'autant plus que la vulnérabilité des systèmes karstiques aux modifications des conditions limites en surface est forte.

 

 

 

ICOS (Integrated Carbon Observation System)

Responsable OASU: Denis Loustau (ISPA)

 

Le laboratoire ISPA (crée en 2013 suite à la fusion des unités EPHYSE et TCEM de l’INRA) est coordinateur des activités ICOS-Biosphère.

Le réseau européen ICOS, auquel collaborent plusieurs acteurs français (CNRS, CEA, INRA, Universités) a pour mission de mesurer les concentrations atmosphériques des gaz à effet de serre et les flux de carbone sur les écosystèmes et l’océan. Les objectifs scientifiques d’ICOS sont de (i) tracer les flux de carbone en Europe et dans les régions adjacentes par observation des écosystèmes, de l'atmosphère et des océans à travers des réseaux intégrés ; (ii) fournir les observations à long terme nécessaires pour comprendre l'état présent et prévoir le comportement du carbone global et des émissions des gaz à effet de serre (iii) surveiller et évaluer l'efficacité de la séquestration du carbone et/ou de la réduction des émissions de gaz à effet de serre sur la composition globale de l'atmosphère, en prenant en compte les sources et les puits par région géographique et par secteur d'activité.

 

 

 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistique, cf "Mentions Légale". En savoir plus...