Actions scientifiques transverses

Afin de faciliter les collaborations transverses, optimisant (ou finalisant) les interactions, les synergies dans le but de favoriser l'émergence de nouvelles thématiques ou opérations, l’OASU a mis en place dès 2011 des actions scientifiques transverses (AST) dont le CS OASU a fait ses actions prioritaires pour le contrat en cours. Ces AST permettent de fédérer les efforts des équipes autour de thèmes transversaux, et d'acquérir une visibilité plus forte aux niveaux local, régional et national, dans les domaines des sciences de l'environnement et des thèmes planète/univers. Les dynamiques au sein de ces AST, en complément des dynamiques programmatiques, ont permis de poser les bases d’avancées notoires dans la structuration des communautés impliquées.

 

La forte implication des chercheurs participant a démontré l'efficacité de ces AST ayant été « au bout » de la logique de fonctionnement en permettant, outre le montage de projets concertés, le co-encadrement de thèses, la publication de nombreux documents communs, la mise en place d’une structure fédérant l’essentiel des forces aquitaines dans le domaine de la télédétection, interlocutrice privilégiée du pôle AESE, d’une école d’été récurrente pour l’AST « Origines », la labellisation par l’INSU d’un Service d’Observation (KIDA) pour l’AST « Astrochimie », et l’intégration dans un Service National d’Observation pour l’AST « Dynamique du littoral ».

Télédétection

Coordinateurs : Jean Pierre Wigneron (ISPA) (et Philippe Paillou (LAB) jusqu’en 2013)


 

ast-teledetection

Unités / équipes : UMR LAB, UMR EPOC, Equipe CEMT, UMR IMS : CNRS / Université Bordeaux - Cellule GEO-Transfert - EA G&E, IPB/Univ. Bordeaux Montaigne - UMR IPSA et Collaborations en Aquitaine hors OASU: Groupe Signal et Image, UMR IMS, CNRS / Université Bordeaux - IRSTEA Cestas (33).

 

Objectifs : le potentiel du réseau aquitain de télédétection pour l'étude de questions scientifiques sur des enjeux majeurs liés à l'impact des activités humaines et/ou du changement climatique sur la biosphère (qualité des eaux, état et devenir des écosystèmes terrestres et côtiers) est important mais il restait encore peu exploité au début du contrat quinquennal: les actions de collaborations entre les laboratoires et équipes restaient relativement ponctuelles et fragmentées.

 

 

Principaux acquis -> lisibilité du consortium :

 

  • Le Centre d’Expertise Scientifique (CES) Aquitain est aujourd’hui labellisé CES Régional au sein du pôle THEIA (pôle National de Télédétection sur les Surfaces Continentales)
  • le consortium formé par cette AST est devenu l’interlocuteur privilégié du Pôle Aéronautique Espace et Systèmes Embarqués (AESE)
  • l’UMR ISPA est porteur du projet CNES/NASA de mission spatiale infrarouge thermique THIRSTY
  • l’UMR IPSA est co-porteur avec le CESBIO et l’Université de Rome de l’ESL SMOS (Expert Support Laboratory, ESA) en charge de l’algorithme opérationnel ESA de SMOS.
  • L’UMR LAB participe à la « Mission Assessment Group » de la 7ème mission Earth Explorer de l'ESA, BIOMASS (en charge de l'étude des zones désertiques).

Origines et évolution des planètes et de la vie

Coordinatrice : Muriel Gargaud (LAB) (et Philippe Bertrand (EPOC) jusqu’en 2012)

 

Unités / équipes : UMR LAB, UMR EPOC : CNRS / Université Bordeaux et collaborations hors OASU : CNES - UMR LISA - OSU EFLUVE, Université UPEC ; Laboratoire Magmas et Volcans, OPGC Clermont Ferrand; Une vingtaine de chercheurs étrangers (Belgique, Suisse, Canada).

 

Objectifs : L’AST « Origines et Evolution des planètes et de la vie » a pour objectif de développer l’exobiologie au niveau bordelais, national et international via différents projets de recherche interdisciplinaire mais aussi de formation doctorale et de diffusion des connaissances. Deux axes ont été dégagés : 1) l’organisation chaque année (depuis 2007) des « Rencontres Exobio pour Doctorants », 2) la finalisation d’un ouvrage collectif sur les moteurs de l’évolution, de l’Univers jusqu’aux sociétés humaines.

 

Principaux acquis -> lisibilité du consortium :

 

  • Les « Rencontres Exobio pour Doctorants » RED’  constituent une formation annuelle interdisciplinaire destinées aux étudiants de master en astronomie, en géologie, en chimie, ou en biologie et préparant soit une thèse dans l’un de ces domaines dans un contexte exobiologique, soit le concours de l’agrégation SV-STU.
  • Les RED’ ont permis de cristalliser la nouvelle génération d’exobiologistes francophones qui a pu organiser en novembre 2013 à Paris sa propre conférence EJC (Exobio Jeunes Chercheurs : www.exobiologie.fr/EJC2013/).
  • Les échanges issus de ces écoles et l’ensemble des cours sont filmés et mis en ligne sur les sites des écoles : www.exobiologie.fr/red

Astrochimie : du laboratoire à l'espace

Coordinatrice : Valentine Wakelam (LAB)


 

Unités / équipes : - UMR LAB/Equipes AMOR et Equipe Système Solaire et Exoplanètes et collaborations hors OASU : UMR ISM : Groupe COMEX et Groupe Chimie théorique - LUPM/Equipe Astrophysique Stellaire.

 

Objectifs : L’observation des molécules dans le milieu interstellaire et dans les atmosphères planétaires, permet de contraindre les paramètres physiques et cinématiques des milieux observés, en plus de sa composition chimique. Du fait du manque de résolution spatiale, notamment pour le milieu interstellaire, il est nécessaire de modéliser la distribution en abondance des molécules dans une source astrophysique pour comprendre les contraintes provenant des observations. Cinq axes ont été ciblés dans cette AST : 1) l’identification de réactions clés par les astrophysiciens (méthodes de propagation d’incertitude) pour des objets astrophysiques donnés, 2) et 3) de nouvelles mesures expérimentales et de nouveaux calculs théoriques pour ces réactions clés, 4) l’étude de l’impact des nouvelles mesures/calculs sur les prédictions des modèles, 5) le développement et remplissage d’une base de données de réactions chimique (KIDA).

 

Principaux acquis -> lisibilité du consortium :

 

Service d’Observation labellisé INSU : KIDA. Dans le but de fédérer le travail entre les diverses communautés mentionnées ci-dessus et dans la perspective des futurs instruments (Herschel, ALMA, JWST) et de la caractérisation des atmosphères de planètes extra-solaires, une base de données réactionnelles unique et publique a été créée (KIDA).

La base de données cinétiques KIDA ayant été labellisée comme SO en 2013, le financement de cette AST a été remplacé par un co-financement du SO.

Contaminants métalliques et organiques

Les objectifs de l’AST ont été redéfini en accord avec la direction de l’OASU, ses participants et le CS de l’OASU, afin que les objectifs soient plus portés vers la mise en synergie d’actions en devenir. 

 

Coordinateurs : Hélène Budzinski (EPOC), Bernard Lavielle (CENBG)


 

Unités / équipes : - Equipes concernées: Equipes EA, TGM, LPTC de l’UMR EPOC : Université Bordeaux / CNRS, CENBG (R&E), ENSEGID, IVS et collaborations hors OASU : IRSTEA Cestas (33).

 

Objectifs : Le compartiment aquatique reçoit de nombreux contaminants provenant des activités humaines. Alors que depuis une quinzaine d’années, l’attention des chercheurs s’est portée sur la présence dans les eaux (superficielles, souterraines, de boisson) de polluants émergents (ex. pharmaceutiques) et sur la caractérisation d’anomalies géochimiques conduisant à des concentrations en éléments qui dépassent les normes de potabilité, cette même communauté est sollicitée pour apporter des éléments de réponse aux interrogations d'opérateurs publics et privés de la gestion des eaux. Deux des challenges identifiés par les acteurs scientifiques et sociétaux aquitains concernent 1) la préservation de l’utilisation d’une ressource en eau de qualité et la caractérisation de la présence et des effets des contaminants émergents sur les organismes, 2) une meilleure compréhension de la formation des aquifères profonds du bassin Aquitain : mode d’alimentation du système multicouche) et de leurs signatures en éléments traces, et potentiellement d’anomalies isotopiques.

 

Principaux acquis -> lisibilité du consortium :

 

Les actions organisées ont permis de préciser les actions, les sites d’études et leurs spécificités, les priorités et verrous et d’acquérir les premières données dans le cadre mentionné ci-dessus. Les conditions des expérimentations croisées composés pharmaceutiques / éléments traces pour les études d’impact toxique ont ainsi été définies afin de démarrer l'AST.

Dynamique Littorale

Coordinateurs : Philippe Bonneton (EPOC) (puis Aldo Sottolichio) et Stéphane Abadie (IVS)


 

costal

Unités / équipes : - Equipes concernées: METHYS de l’UMR EPOC : Université Bordeaux / CNRS, IVS MIRA SIAME UPPA. et collaborations hors OASU : UMR I2M.

 

Objectifs : La pression anthropique et climatique sur le domaine littoral n’a cessé de croître ces dernières années (élévation du niveau de la mer, modification du régime de houles, inondations, urbanisation, aménagements...). Comprendre le fonctionnement hydro-sédimentaire de ces environnements est donc crucial pour prédire leur évolution. Cela nécessite d’observer, comprendre et intégrer des processus complexes à petite échelle spatio-temporelle dans des modèles de plus grande échelle. Cette AST favorise la collaboration entre 2 équipes complémentaires en terme i) de sites étudiés (plages sableuses non anthropisées (EPOC) et plages limitées en extension (cap, ouvrages) et aménagées (IVS) et ii) de méthodologies (modèles numériques intégrés (EPOC), simulation Navier-Stokes (IVS)).

 

Principaux acquis -> lisibilité du consortium :

 

Outre les résultats scientifiques obtenus sur i) le jet de rive, ii) les plages de poche et la dynamique d’embouchure d’estuaires, le dynamisme du consortium a permis :

  • la tenue de réunions de travail sur les méthodologies d'analyse d'images vidéo de suivi des plages
  • l’optimisation du développement du réseau de mesure (nouvelle station de mesure temps réel)
  • la participation des deux équipes au Réseau des Stations et Observatoires MARins (RESOMAR)
  • la co-organisation de la session « Processus hydrosédimentaires en dynamique littorale » à la 24ème Réunion des Sciences de la Terre. Pau, Oct. 2014
  • le co-encadrement d'étudiants
  • le développement de projets communs (projet Région RRLA : Site atelier côte sableuse (2009-2012) ; projet CNRS INSU (EC2CO) : Dynamique instationnaire et morphodynamique des courants d'arrachement. (2014-2015)
  • la pérennisation des activités d'observation des deux équipes par la participation au nouveau SNO Dynamique Littorale et Trait de Côte (DyLiTC) sous le label commun OASU.
Ce site utilise des cookies à des fins de statistique, cf "Mentions Légale". En savoir plus...